Tous les jeux de course ne sont pas des jeux de simulation. Un jeu qui mérite qu’on s’y attarde, c’est bien Moto Racer. La franchise est d’abord lancée en 1997 par Electronic Arts et Delphine Software International. Aujourd’hui, nous en sommes au quatrième opus sorti en 2016 !

Moins de réalisme, plus de fun !

Moto Racer n’a jamais vraiment eu l’ambition d’être un jeu hyper-réaliste pour les amoureux de grand-prix. Le jeu propose des circuits très diversifiés, où les joueurs pourront faire la course contre de nombreux autres pilotes. Le but : chercher à terminer le premier, quoi qu’il en coûte, sans se préoccuper des collisions, des surchauffes, des pénalités et nombreux autres paramètres qui sont omniprésents dans les jeux de simulation.

Ainsi, Moto Racer est devenu le jeu de course motocycliste pour ceux que la rigueur de jeux réalistes comme MotoGP faisait fuir. Désormais, on a droit à des collisions plus tolérantes, des accélérations plus explosives et des effets graphiques quelque peu exagérés. Mais par-dessus tout, on a droit à des circuits bien plus libres…

Un jeu de course urbaine

Un des inconvénients des jeux hyper-réalistes, c’est qu’ils ne peuvent pas toujours s’écarter de ce qui se fait dans la vraie vie. Ainsi, ce sont les mêmes circuits qui font chaque fois leur entrée dans le catalogue des jeux. Et même lorsqu’il y a parfois des nouveautés, elles sont loin d’être spectaculaires.

Avec des jeux comme Moto Racer 4, on a droit à des courses en pleins milieux urbains ; et en pleine circulation ! Pourquoi se contenter de faire la course lorsqu’on peut en plus gérer les obstacles et les véhicules qui arrivent en contre-sens ? Un moyen pratique d’introduire des éléments de chaos et complètement aléatoires. Ce qui a le mérite de faire durer l’intérêt pour le jeu !